Author Archive

OEDO 808

Cyber City OEDO 808

oedo 808

2808, Oedo (ex Tokyo) , à l’ombre des immenses gratte-ciel la cyber-criminalité atteint des sommets, la cyber-police est dépassée. L’état décide d’engager des détenus pour combattre le crime en échange d’un allègement de peine pour chaque cyber-criminel arrêté. Pour s’assurer que ces criminels ne vont pas se faire la malle, ils sont tous dotés d’un collier qui fait office de communicateur mais qui contient également une bombe au cas où l’on tenterait de le retirer.

Cyber city est un OAV (*) en trois épisodes d’environ 45 minutes chacun. Chaque dossier met en avant l’un des détenus. Le premier s’intéresse à Sengoku, c’est une grande gueule un peu casse cou, il n’aime pas trop les méthodes de dictateur d’Asegawa, le chef de la section spéciale, et n’hésite pas à lui faire savoir, celui-ci le surnomme d’ailleurs « le rebelle ». Dans cet épisode 50000 personnes sont retenues prisonnières dans un building après que quelqu’un ait piraté le système informatique de l’immeuble et bloqué les accès. L’affaire est d’autant plus grave que le système informatique du building est relié au réseau militaire.

Le deuxième épisode est consacré à Gogul, il fait déja quelques apparitions dans le premier épisode ou il démontre ses talents en informatique. Mais c’est aussi et avant-tout une armoire à glace, ex-boxeur, truffé de cyberware à commencer par ses yeux. Il va être entrainé malgré lui dans une affaire impliquant les forces spéciales de l’armée et une nouvelle arme secrète.

Le troisième dossier enfin s’attache au plus mystérieux des trois : Benten, un androgyne, adepte des arts martiaux et cible des colibets de Sengoku. Il va devoir enquêter sur des meurtres étranges où les victimes sont retrouvées totalement vidées de leur sang, et portant sur le cou des traces de morsures comparables à celles d’un vampire. Autre point troublant, toutes les victimes étaient des chercheurs en bio-génétique.

(*) OAV : Original Animation Video : Dessin animé japonais destiné à la vidéo.

Babylon Babies

  

Babylon Babies
de
Maurice G. Dantec

En 2014, alors que de nombreux conflits se déroulent dans les anciens territoires soviétiques et en asie centrale, un mercenaire du nom de Toorop se fait recruter par la mafia sibérienne pour convoyer une jeune femme d’un de ses territoires vers le Canada.

Ancien membre d’une armée révolutionnaire anéantie par les drones ennemis, il a besoin de changer d’air. C’est ce que lui propose Gorsky, le chef de la mafia locale, avec cette petite extraction. Tout parait au mieux, Marie, le colis, ne transporte rien d’illégal et ne semble pas recherchée. Ce devrait être du gateau. Mais Toorop ne l’entends pas ainsi. Il plane un étrange mystère autour de cette jeune femme. Si elle ne transporte rien d’illégal, pourquoi a-t-elle besoin d’être convoyée discrètement comme s’il s’agissait d’un chargement de drogue. De plus elle semble souffrir d’amnésie, et n’a presque aucun souvenir de son passé jusqu’a sa rencontre avec Gorsky, elle ne sait même pas comment elle y est arrivée.

Toorop mène son enquète, il veut savoir ce qu’il va transporter, un virus, une expérience génétique… il ne veut pas de mauvaises surprise et il pourra ainsi renégocier son contrat à la hausse avec Gorsky. Mais les choses se compliquent sérieusement lorsque ce dernier lui demande justement de découvrir le secret de Marie, et aussi qu’il ne faut plus seulement convoyer Marie, mais aussi la garder dans un appartement canadien pendant une période indéterminé, jusqu’a la livraison finale.

« – Ben juste pour rajouter un avis à ton bô résumé, passk’y en a ici qui aiment bien les avis Mr. Green , je dirais que ce bouquin est excellent, le seul défaut qu’il a à mon gout c’est qu’il démarre lentement, mais l’apothéose finale vaut carrément le coup…. — Wh0»

Strange Days

A l’approche du passage à l’an 2000, la tension est à son comble, Los Angeles croule sous les émeutes. La police aidée de la garde nationale tente de contenir toute cette violence, chars à l’appui, pour préserver les quartiers les plus riches.

 

Strange Days

Pendant ce temps, Lenny Nero, un ex-flic devenu revendeur de clips fait ses petites affaires dans la rue. Grâce à une nouvelle technologie enregistrant les sensations issues du cortex cérébral, il est possible de ressentir les sensations vécues par d’autres. Un clip est un enregistrement sensoriel allant de la descente en ski, à la fusillade, le sexe etc …. tout y est possible et il est assez facile d’en fabriquer. Cette technologie est illégale, mais son catalogue est très impressionnant, et il paie même des gens pour produire de nouveaux clips. Il met néanmoins un point d’honneur à ne jamais revendre de blackjack, des clips de meurtres. Et c’est justement un de ces clips qui va l’entrainer dans cette histoire.

Le tout sur fond de rock, d’émeutes avec même une légère touche de shadowrun …

Si vous ne savez pas comment intégrer les puces BTL dans vos scenars SR, ce film va tout vous expliquer, du corpo qui veut se faire de nouvelles sensations, au drogué de la puce, en passant par le nostalgique du passé .. tout y passe. Les nombreux visionnages de clips tout au long du film permettent vraiment de voir et de comprendre à quoi peuvent servir ces puces dans SR.

PS : mon spécial coup de coeur à Mace (Angela Basset), fantastique dans le rôle de « samourai des rues ».

« – Je suis votre prêtre.
Je suis votre psychiatre.
Je vous brancherai sur les standards des fantasmes qui vous hantent…
»